[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Présentation des protéines bio, de leurs structures et surtout de leurs constituants : les acides aminés. Ces acides aminés sont les éléments de base des protéines bio, les protéines bio ne sont que des assemblages d’acides aminés.

Cette 1° partie de ce dossier complet sur les protéines bio se présente comme une introduction générale, une définition des protéines bio. En musculation, on passe notre temps à parler de protéines bio (en tout cas, dès qu’on évoque le sujet de l’alimentation pour la musculation), mais savez-vous ce que sont les protéines bio, de quoi elles sont constituées, et quel sont leurs rôles au sein du corps ?

Dans ce dossier, vous pourrez découvrir les notions suivantes : description de la structure des protéines bio, de leurs constituants ( les acides aminés) et de leurs rôles notamment au niveau de la construction musculaire et des processus d’anabolisme ( c’est-à-dire tous les processus favorisant l’utilisation des nutriments pour construire des tissus, musculaires ou non d’ailleurs. ).

Comme vous pourrez le voir dans notre dossier, les protéines bio ne sont pas des éléments simples, mais de longues molécules composées d’éléments plus petits : les acides aminés. vous verrez aussi qu’il existe différentes sortes d’acides aminés. Certains sont très importants pour le corps, alors que d’autres le sont beaucoup moins. Pour information, il y a aussi des acides aminés qui sont particulièrement intéressants pour la musculation, comme par exemple la leucine, qui est un acide aminé qui améliore de façon très importante l’anabolisme musculaire (la croissance des muscles).

Description de la structure des protéines bio et de leurs constituants

Il existe 22 acides aminés différents connus dans la nature. Assemblés en chaînes de différentes longueurs, ils constituent les protéines bio. Chaque protéine à sa propre chaîne, qui la distingue des autres par sa composition. La digestion découpe et ré-assemble ces acides aminés en de nouvelles protéines bio.

Les protéines bio sont des chaînes d’acides aminés. Le nombre d’acides aminés détermine l’appellation de la chaîne : on parle de protéine à partir de 100 acides aminés. Ces acides aminés sont réunis en structure par liaison peptidique. Il existe 22 acides aminés différents.

Les protéines sont souvent appelées ” brique du corps “, cette appellation est vraie mais incomplète. Comme on le verra plus tard, leur rôle ne se limite pas à la construction des tissus du corps humain.

Le nombre et l’agencement des acides aminés est propre à chaque protéine, il constitue sa carte d’identité unique. Chaque type de protéine a donc une quantité d’acides aminés différente, qui détermine ses caractéristiques : c’est ce que l’on nomme son aminogramme. L’aminogramme est la liste et les quantités de chaque acide aminé présent dans une protéine. C’est l’équivalent de la liste d’ingrédients qui composent la protéine.

Les protéines bio sont des molécules très longues, dont le nombre d’acides aminés peut dépasser les 500. A partir de la base de 22 acides aminés, les combinaisons différentes permettent la fabrication de milliards de milliards de protéines bio différentes.

Au moment de la digestion, la chaîne d’acides aminés est découpée par des enzymes, et les acides aminés sont libérés, prêts à être absorbés par le corps. Ils sont ensuite ré-assemblés par l’organisme pour former de nouvelles chaînes de protéines bio, en fonction des besoins.

Le corps n’utilise donc pas directement les protéines bio qu’on lui donne, mais il s’en sert pour produire les protéines bio dont il a besoin à un moment donné.

Le nom de protéine vient de la mythologie grecque. Le dieu Protée pouvait changer de forme à volonté, tout comme les protéines bio qui peuvent se replier et se recomposer à volonté.

Rôle structurel des protéines bio :

C’est le rôle le plus connu. Les protéines bio sont les molécules de construction et de réparation des tissus du corps humain. Ce rôle de construction est indispensable pour les muscles, mais aussi pour tous les organes du corps.

C’est ce rôle qui nous intéresse plus particulièrement en musculation. En effet, lors d’une séance de musculation, les muscles subissent des traumatismes. Certaines fibres musculaires sont endommagées.

Pour les réparer, le corps a besoin de protéines bio, c’est la récupération. Une fois cette récupération effectuée, le corps va aussi se préparer pour la prochaine séance, pour ne plus subir ces dommages. Il va donc renforcer les muscles, en faisant grossir les cellules musculaires. Cette partie, la croissance musculaire, a elle aussi besoin de protéines bio.

Rôle biochimique des protéines bio :

Les protéines bio sont des molécules biologiquement actives qui jouent de grands rôles dans les réactions chimiques du corps. Certaines protéines bio ne servent pas du tout à la construction des cellules, mais ont des propriétés bien différentes.

Ces molécules peuvent être des enzymes, des hormones, de la kératine, des cellules du système immunitaire … Elles participent à la digestion, le transport de l’oxygène, la transmission de l’influx nerveux …

Rôle énergétique des protéines :

Le dernier rôle est le moins important.

En cas d’épuisement des glucides et des lipides, ou dans certains cas particuliers, les protéines servent de source d’énergie. Elles permettent de récupérer 4 kcal par gramme de protéines (autant que les glucides). Ce rôle reste faible, et en moyenne seulement 3% de l’énergie utilisée par les muscles provient des protéines.

Au vu du nombre très important de réactions et processus dans lesquelles les protéines sont impliquées, on se rend bien compte de leur aspect vital pour le corps. Elles ne servent pas que pour les muscles, loin de là !

L’organisme utilise des protéines pour entretenir, réparer et faire grossir les fibres musculaires. Ce besoin est renforcé par la pratique de la musculation, qui augmente beaucoup les besoins en protéines.

En musculation, on porte une grande attention à l’apport en protéine lors d’une prise de masse. Voyons en quoi les protéines aident à la construction musculaire.

Le rôle des protéines vient en partie de leur apport énergétique, mais celui-ci reste ici anecdotique. Le rôle principal se situe au niveau de la construction / réparation des muscles.

Les fibres musculaires contiennent deux molécules particulières nommées actine et myosine. Avec l’aide de l’ATP (adénosine tri-phosphate) qui fournit l’énergie, la myosine se contracte en accrochant les fibres d’actine, ce qui a pour but de les faire avancer et de contracter le muscle. Ces fibres, constituées de protéines, glissent les unes sur les autres.

Lors des contractions, et surtout si elles sont intenses et/ou répétées, le glissement des fibres d’actine et de myosine entraîne des dégâts, car la tension sur les fibres est très importante, et le glissement n’est pas toujours optimal.

C’est-à-dire que ces fibres musculaires, composées de cellules, voient certaines de leurs cellules étirées, fragilisées, en partie détruites, …

Ces dégâts sont accentués par l’acide lactique, qui va lui aussi attaquer la paroi des cellules, pour fragiliser davantage des cellules musculaires déjà bien fatiguées par les mouvements de contractions répétés.

Pour réparer ces dégâts, et se renforcer dans la prévision des dégâts futurs des prochaines séances de musculation, le muscle doit régénérer et renforcer ses cellules, qui rappelons-le, sont comme toutes les cellules du corps : composées en grande partie de protéines. Le corps a donc besoin d’une grande quantité de protéines pour pouvoir réaliser les deux processus de récupération et croissance musculaire.

Il est donc indispensable que le muscle ait à disposition des protéines en quantité suffisante pour récupérer des efforts effectués, se renforcer pour les futurs efforts, mais aussi simplement pour le renouvellement des protéines qui ” meurent ” et sont détruites

La présence élevée d’acides aminés dans le sang provoque une réaction de l’organisme visant à rétablir l’équilibre en envoyant les acides aminés excédentaires construire de la fibre musculaire : c’est l’effet anabolique des protéines.

Il est important de bien comprendre un point essentiel de la physiologie : le corps est un milieu en équilibre qui tend à conserver constantes certaines valeurs, notamment la teneur du sang en acides aminés.

Le corps dispose de deux procédés pour équilibrer le taux d’acides aminés dans le sang : l’anabolisme et le catabolisme.

Définition de l’anabolisme :

Lorsque la teneur en acides aminés en circulation dans le sang est trop importante (par exemple après un apport rapide et massif en protéines, comme lors de l’utilisation de la protéine de whey), l’organisme tend à réduire cette teneur dans le sang, pour équilibrer le milieu.

Cette réduction se fait grâce aux muscles. Ceux-ci vont jouer un véritable rôle de pompe pour puiser les acides aminés présents en excès dans le sang, et s’en servir pour se développer.

Le meilleur moyen pour les muscles de récupérer ces acides aminés est de se développer, d’augmenter la taille des cellules musculaires, ce qui produit au final une augmentation du volume des muscles.

Les acides aminés présents dans le sang vont donc favoriser l’anabolisme, la croissance musculaire.

Mais attention ce n’est malheureusement pas si simple que ça, si les acides aminés sont en trop grande quantité et que le muscle n’en a pas besoin, ils ne pourront pas servir et seront stockés sous forme de graisse ou utilisés pour fournir de l’énergie. Pour donner au muscle ce besoin d’acides aminés, c’est simple : il suffit de faire de la musculation.

Définition du catabolisme :

Le catabolisme est le processus exactement inverse.

En cas de manque de protéines bio (pas assez d’apport alimentaire par rapport aux besoins, ou augmentation soudaine des besoins, à cause d’un entraînement de musculation), le taux d’acides aminés subit une forte baisse. Si cette baisse n’est pas rapidement compensée par un apport important d’acides aminés, le processus de catabolisme entre en jeux.

Le corps va puiser dans ses réserves d’acides aminés : les muscles. Les muscles vont donc perdre des protéines bio pour en fournir au corps, c’est le catabolisme, la hantise des pratiquants de musculation. Le corps va utiliser les protéines des muscles pour disposer des acides aminés dont il a besoin pour fonctionner ! A la clef, fonte musculaire, perte de volume musculaire et de force, …

Donc attention, il faut avoir un bon équilibre entre l’entraînement de musculation (la dépense de protéines) et l’alimentation (l’apport de protéines) pour ne pas tomber dans le catabolisme et privilégier l’anabolisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*